Qualité et Échantillonnage

de la Rivière du Nord dans les Laurentides

Description


Lancé en 2010, le Programme d’échantillonnage de l’eau du bassin versant de la rivière du Nord a été mis en place afin de réaliser un meilleur suivi des cours d’eau, en réponse aux besoins exprimés par le milieu. Grâce aux partenariats qui ont été développés au fil des années, le nombre de points d’échantillonnage s’est multiplié, permettant aujourd’hui de dresser un portrait global de la qualité de l’eau.

Ce programme permet de recueillir des données dont la validité scientifique est reconnue et de rendre ces informations accessibles, notamment dans une perspective de santé publique. Le choix des stations d’échantillonnage ainsi que le développement du programme ont été effectués en concertation avec les acteurs de l’eau du bassin versant, par le biais d’une table de concertation et d’un comité technique.

Emplacement des sites d’échantillonnage 2019 :

L’état de santé du lac s’améliore depuis 2005


Les analyses en phosphore total contenus dans le lac Raymond montrent que la situation pour ce polluant s’est grandement améliorée. Les concentrations en phosphore sont passées de 14 ug/l en 2005 à 2,5-5,2 ug/l pour 2016-2017, respectivement. Basé sur cet indicateur, notre lac figure plutôt parmi les lacs en santé. Il est vrai que pour deux autres indicateurs (chlorophylle et transparence de l’eau), notre lac est classé comme ayant un état de santé intermédiaire, mais les données de transparence de l’eau montrent également des signes d’amélioration depuis 2005.

Cela dit, la situation est encourageante plutôt qu’alarmante et les nombreuses actions et pressions exercées par l’APELRRIN semblent porter fruit. Parmi celles-ci, rappelons la poursuite contre la Ville de Sainte-Agathe qui a mené à la construction d’une nouvelle usine d’épuration en 2016-2017. Et tout indique que la situation de notre lac peut s’améliorer davantage, car l’APELRRIN a également fait des pressions qui ont permis : La réalisation d’une entente entre Val-David et Val-Morin pour l’acheminement des eaux usées de Val-Morin (plus de 200 résidences) vers la nouvelle usine d’épuration de Val-David, dont la construction est prévue d’ici deux ans, et la construction d’un réseau d’égout et d’une mini-usine (la mise en opération est prévue d’ici la fin 2019) qui traitera les eaux usées du Domaine Val-Morin (situé aux abords de la 4e avenue).